Turquie : Opération anti-terroriste, intensification de la répression intérieure et vaste campagne d’arrestations

0
102

Dans le contexte de la lutte anti-djihadiste, les autorités turques ont déclaré avoir mené des frappes aériennes ciblées contre des positions terroristes dans les régions de Metina, Hakurk, Gara et Qandil. Ces actions ont été justifiées au nom du droit à l’autodéfense de la Turquie.

L’objectif principal de cette opération militaire était le Parti des travailleurs du Kurdistan et les Unités de protection du peuple, deux groupes considérés comme des organisations terroristes par le gouvernement turc. Les forces armées turques ont prétendu avoir visé 29 sites, incluant des grottes, des bunkers, des abris, ainsi que des installations pétrolières liées à ces entités.

Ces opérations militaires s’inscrivent dans une série d’offensives terrestres et aériennes régulièrement menées par l’armée turque contre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan , principalement dans des zones telles que le nord de l’Irak, le Kurdistan autonome et le Sinjar.

Confronté à cette attaque considérée comme sérieuse contre ses forces, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a convoqué en urgence une réunion sécuritaire à Istanbul. Cette réunion, qui réunira les ministres des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur, ainsi que le chef d’état-major et le chef des services de renseignements, démontre la volonté des autorités turques d’assumer leurs responsabilités face à la situation.

En parallèle aux frappes, le ministre turc de l’Intérieur, Ali Yerlikaya, a annoncé l’arrestation de 113 individus soupçonnés d’avoir des liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, répartis dans 32 des 81 provinces turques. Cette répression renforce l’engagement de la Turquie dans la lutte contre le Parti des travailleurs du Kurdistan, un groupe contre lequel elle combat depuis 1984.

Adoum Van

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici