Sénégal : Les candidats du FC25 réclament une transition pacifique et légale

0
78

Les candidats à la présidentielle au Sénégal, réunis au sein du Front des candidats du 25 février (FC25), rejettent fermement toute proposition de dialogue de la part du Président Macky Sall.

Ils soulignent que malgré la décision du Conseil constitutionnel exigeant la reprise des opérations électorales, celles-ci rencontrent des difficultés pour reprendre leur cours habituel.

Les candidats accusent le Président Macky Sall de s’opposer à la tenue d’élections libres et transparentes. Un membre du FC25 a affirmé que le collectif rejette catégoriquement toute forme de dialogue et insiste pour qu’une date soit fixée avant le 2 avril pour lancer le processus électoral. De plus, les membres du Front des candidats du 25 février affirment que Macky Sall doit quitter le pouvoir le 2 avril, quelles que soient les circonstances.

Cette position ferme du FC25 reflète le sentiment d’urgence et de détermination parmi les candidats à garantir un processus électoral juste et équitable. La demande d’une date butoir pour le déclenchement du processus électoral souligne l’importance accordée à la démocratie et à la transparence dans le pays.

Les Sénégalais manifestent de plus en plus pour exiger que le Président Macky Sall respecte la constitution en quittant le pouvoir à la fin de son mandat en avril prochain.

Les citoyens expriment leur préoccupation quant à la préservation de l’intégrité du processus électoral. Ils soulignent l’importance fondamentale du respect des termes constitutionnels et de la transition pacifique du pouvoir pour garantir la stabilité et la légitimité du gouvernement.

La pression exercée par les manifestations met en évidence la volonté du peuple sénégalais de défendre les valeurs démocratiques et de veiller à ce que le Président Macky Sall agisse dans l’intérêt supérieur de la nation.

Gérard Sekloka 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici