Monde : Vers une nouvelle ère minière, l’Arabie Saoudite forge des alliances avec le Maroc, l’Égypte et la RDC

0
99

Le Future Minerals Forum tire sa révérence ce 11 janvier 2024 en Arabie Saoudite, marquant la conclusion de cet événement majeur. En parallèle, plusieurs accords d’investissements ont été signés entre l’Arabie Saoudite et trois pays africains lors de ce forum, à savoir le Maroc, l’Égypte et la République Démocratique du Congo.

Ces accords témoignent de l’intérêt porté par l’Arabie Saoudite au potentiel minier considérable de ces nations, particulièrement celui de la RDC. La RDC se distingue par la présence de certains des plus importants gisements miniers mondiaux, abritant des minerais parmi les plus précieux de la planète.

L’Égypte et le Maroc ne sont pas en reste, possédant également un potentiel minier attractif sur lequel l’Arabie Saoudite a jeté son dévolu. Des protocoles d’accord ont été signés par les autorités saoudiennes, portant sur la coopération dans le domaine des richesses minérales.

Cet investissement de l’Arabie Saoudite s’inscrit dans une vision de partenariat gagnant-gagnant, où les pays africains disposent de ressources brutes et l’Arabie Saoudite détient d’importants moyens financiers pour les exploiter. Cette démarche s’aligne avec la stratégie de la monarchie du Golfe visant à dynamiser son secteur minier à travers des partenariats stratégiques en Afrique.

Les Émirats arabes unis, autre acteur majeur dans le domaine pétrolier, ont également signé divers partenariats avec la RDC pour l’exploitation de filons miniers importants, témoignant ainsi d’une préparation sérieuse pour l’après-pétrole dans la péninsule du Golfe. L’Arabie Saoudite s’engage fermement à se positionner en force sur le marché mondial des mines, évoluant ainsi vers une économie plus diversifiée.

Dans ce contexte, l’Arabie Saoudite semble orienter son attention vers le secteur minier afin d’attirer des investissements étrangers et de diversifier son économie. Le développement des activités minières s’inscrit comme l’une des parties les plus réalisables du programme de réforme Vision 2030 du prince Mohammed ben Salmane, notamment grâce aux infrastructures existantes telles que les chemins de fer.

Chadrac H. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici