Guinée : Zoom sur la suspension de la participation de la Guinée à l’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS)

0
88
Doumbouya

Nous venons d’en savoir davantage sur les motifs de la suspension de la participation de la Guinée à l’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS).

En plus du déficit de financement de la construction du barrage de Kokoutamba et de la sous-représentativité de la Guinée au sein de l’organisation, il y a bien une troisième raison qui n’avait pas été évoquée jusque-là.

De quoi s’agit-il ? Conakry a été irrité contre le fait qu’un refus a opposé à la demande de la Guinée d’avoir accès au capital des sociétés de l’organisation créée en 1972.

« Il y a l’absence et le refus d’ouvrir le capital des sociétés de l’OMVS à notre pays. On ne peut pas souscrire à des actions. Comme nous ne sommes pas actionnaires dans ces sociétés-là, on ne peut pas agir dans les pays dans lesquels elles investissent. Tout ceci n’est pas équitable », a révélé le porte-parole du Gouvernement.

La Guinée décide de faire cavalier seul pour mettre en valeur ses potentialités énergétiques. Ce jeudi 20 juillet 2023, le Président de la transition a instruit au premier ministre et au ministre de l’Énergie de proposer un nouveau redimensionnement du barrage Koukoutamba, désormais déclaré d’utilité publique. « Les dimensions effectuées pour le compte de l’OMVS seront abandonnées. La Guinée va développer le barre », annonce M. Diallo.

« On ne peut pas maintenir les ressources de ce pays en état de projet pendant 20, 30 ans alors que nous avons des besoins énergétiques. La côte part qui était demandée à ces pays-là (Sénégal, Mali, Mauritanie) pour la réalisation du barrage de Koukoutamba est très marginale. L’essentiel du financement est un prêt concessionnel qui tourne autour de 150 à 200 millions de dollars. Si ces pays-là ne sont pas capables de mettre la main à la poche, la Guinée prendra ses responsabilités.

Si l’OMVS a besoin de notre énergie, elle doit mettre de l’argent pour faire en sorte que la Guinée jouisse de ses ressources naturelles », a tranché le porte-parole du Gouvernement qui resté vague sur l’éventualité d’un retour de la Guinée au sein de l’OMVS si toutefois ses préoccupations sont prises en compte.

Paulin TOURE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici