Guinée : Le gouvernement protège les intérêts économiques du pays, les compagnies minières ont le devoir de s’y plier

0
125

Le sous-sol de la Guinée regorge de trésors convoités par de nombreuses multinationales. De la bauxite à l’or, en passant par le diamant et le fer. Cependant, une ombre plane sur cette manne financière : celle du rapatriement des recettes d’exportation.

Selon les informations, alors que 90 millions de dollars étaient attendus des exportations minières pour la fin du mois de juin, seuls 8 millions ont été rapatriés. Cette énorme disparité affecte gravement l’économie guinéenne, et les autorités ne comptent pas rester silencieuses.

Réunissant les principaux acteurs du secteur lors d’une réunion au ministère des Mines et de la Géologie, un message clair est lancé « il est impératif de rapatrier au moins 50% des devises d’ici la fin août 2023, conformément aux articles 184 et 185 du code minier ».

Le ministre des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba, n’a pas mâché ses mots en rappelant l’importance du respect de cette obligation, soulignant que le gouvernement reste néanmoins ouvert, en commençant par un objectif initial de 50%.

La décision guinéenne d’imposer cet ultimatum est courageuse. Elle témoigne d’une certaine détermination à protéger ses intérêts économiques tout en favorisant un environnement d’affaires équitable. Les compagnies minières ont désormais le devoir de s’y plier. 

Le Colonel Mamadi Doumbouya, a suspendu l’exportation de plusieurs produits agricoles dont le riz, la pomme de terre et l’huile de palme, pour préserver la souveraineté alimentaire et la quiétude sociale.

Magnim Gally

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici