Côte d’Ivoire : Malgré la suspension des boissons énergisantes, le mal persiste. Le Tramadol tue la jeunesse à petit feu

0
93

Des entreprises n’acceptant pas une concurrence commerciale, ont déployé tous les moyens afin qu’une sanction soit attribuée aux boissons énergisantes en Côte d’Ivoire. Une décision mal vue et inacceptable par les observateurs qui invitent, les autorités ivoiriennes, à revenir sur leurs décisions et s’attaquer au réel problème.

Les boissons énergisantes respectent les normes et sont bien encadrées. Des faux coups mettent ces boissons au-devant de la scène comme étant un fesseur de mal. Les boissons énergisantes seules en elles-mêmes, ne constituent en aucun cas un danger pour la santé.

Forces est de constater que, sur le marché ivoirien, un autre produit (drogue) gagne du terrain et sème du désordre au sein de la jeunesse. Le Tramadol, qui a des effets secondaires sur la santé, a le libre champ d’être commercialisé. Si les autorités désirent protéger la santé des populations, comme l’indique le circulaire, les boissons énergisantes ne sont pas la cause.

Les producteurs prennent soit de sensibiliser les consommateurs sur les étiquettes. Les boissons énergisantes respectent les normes internationales. Leur présence en côte a été accréditée par une autorisation des autorités.

La suspension de l’exportation des boissons énergisantes, cache un complot pour nuire les sociétés de production. Les observateurs invitent les autorités ivoiriennes, à prendre des dispositions, pas à l’avantage d’une partie (les entreprises opposantes) mais pour le bien-être des populations. Le Tramadol tue la jeunesse ivoirienne. 

Sylvain Gobé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici