Burkina Faso/ONU : Les vérités du ministre Bassolma Bazié à la communauté internationale

0
111

À la tribune de l’ONU, la communauté internationale a donné sa langue au chat face au discours retentissant du ministre d’État, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la protection sociale du Burkina Faso, Bassolma Bazié. Une intervention qui fera objet d’une longue réflexion des participants à cette assemblée générale en occurrence, António Guterres, le secrétaire général de l’ONU, et d’autres dirigeants impérialistes.

À haute et intelligible voix, le ministre Bassolma Bazié, affirme que les peuples africains ne sont pas opposés au peuple français. Mais c’est plutôt la politique française, pleine de condescendance, qui est rejetée. La communauté internationale sous l’impulsion de la France, affiche des comportements d’hypocrisie et de malhonnêteté pour sauver leurs intérêts.

Le ministre Bassolma Bazié a donné une petite leçon d’histoire à la France sur son attitude envers le Burkina Faso. Dans la lutte contre le terrorisme, il y a un manque de sincérité de la part de la France et ses alliés. Il y a un manque d’honnêteté évident au sein de la communauté internationale. « Si la communauté internationale était honnête et sincère dans sa lutte contre le terrorisme, elle n’aurait aucun problème à obtenir le soutien des populations », a déclaré le ministre Bassolma Bazié.

Face à la situation que traverse le Burkina Faso, le gouvernement burkinabè a mis en œuvre des actions vigoureuses à travers l’adoption d’un nouveau plan de développement, le Plan d’Action pour la Stabilisation et le Développement 2023-2025.

Ce plan est subdivisé en quatre axes prioritaires qui sont : la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité territoriale, la réponse à la crise humanitaire, la refondation de l’État et l’amélioration de la gouvernance, la réconciliation nationale et la cohésion sociale. Ces efforts visent à offrir à la population burkinabè de meilleures conditions de vie, pour s’en sortir de la situation imposée par l’impérialisme sous couvert de terroristes.

Les partenariats qui cadre avec la vision du gouvernement burkinabè, sont les bienvenus. Le Burkina Faso, ne veut pas des producteurs de chômeurs et de voleurs via le pillage cynique des ressources.

Samson Tigba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici