Burkina Faso/Djibo : Le gouvernement recadre le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme

0
135

Suite à la victoire de l’armée à Djibo, le porte-parole du bureau des Droits de l’Homme des Nations-Unies, Seif Magango, a placé les terroristes au même titre que les vaillants combattants.

Dans son commentaire après l’attaque de Djibo, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, a accordé la qualité de partie à des individus qui ne savent s’illustrer que par la barbarie et la lâcheté.

Le gouvernement burkinabè regrette qu’une institution prestigieuse comme le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme accorde la qualité de partie à des individus qui ne savent s’illustrer que par la barbarie.

Le gouvernement burkinabè a rejeté énergiquement le qualificatif de partie utilisé par l’ONU pour parler du groupe terroriste, estimant que cela équivaudrait à le présenter comme l’égal des États en lutte contre les barbares et les lâches. Ce qualificatif est inacceptable.

L’ONU doit savoir faire la part des choses. Les FDS et VDP luttent pour la souveraineté et la liberté du Faso. Ils sont attaqués par des groupes d’individus malintentionnés, qui ne veulent que la déstabilisation du Burkina Faso.

Les forces combattantes burkinabè ont infligé une sévère correction à une horde de terroristes le dimanche 26 novembre dernier à Djibo. Les éléments du camp militaire aidés par les vecteurs aériens ont mené un véritable combat, obligeant l’ennemi à fuir et laissant derrière lui, des centaines de corps des terroristes calcinés.

Jérémie Awoune

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici