Burkina Faso : Coup d’État déjoué à Ouagadougou, les yeux rouges du Jeune Afrique

Burkina Faso : Coup d’État déjoué à Ouagadougou, les yeux rouges du Jeune Afrique

La date du 20 septembre 2023 au Burkina Faso, était une journée bien planifiée par les personnes malveillantes pour troubler la tranquillité dans la capitale. Certains officiers de la gendarmerie sont complices de cette tentative de manipulation. Les services de renseignements avec à leur tête, le Capitaine Oumarou Yabré, ont prouvé une fois encore leur expertise.

Des mains étrangères sont derrière ce mouvement contre le régime au pouvoir. Une forte somme est promise aux acteurs du coup. Avant l’organisation du faux exercice de la gendarmerie à Ouagadougou, une mallette est apparue sur le sol burkinabè. Un groupe cible des officiers de la gendarmerie aurait accepté de l’argent, pour saboter la dignité du Burkina Faso.

Ces officiers traîtres ont programmé unilatéralement le 20 septembre, un exercice de la gendarmerie dans la capitale. Des exercices de simulation de défense, pour faciliter la réussite du coup d’État. La gendarmerie fera croire à la population qu’elle continue son habituel exercice, sans l’autorisation des hautes autorités.

L’ANR, comme toujours a compris cette autre forme de manipulation, et a ordonné un refus catégorique de cet exercice à Ouagadougou. Un refus qui a mis ce complot de coup d’État à l’eau. Des tirs de sommation dans les casernes, signe de colère. Mission échouée.

Mal informé, Jeune Afrique qualifie la situation de révolte au Burkina Faso. Sa position est comprise, Jeune Afrique est dans son rôle de relayeur. Les attentes des ennemis ne sont pas arrivées à la bonne destination. Les militaires au Burkina Faso ont tourné dos à la mutinerie, depuis qu’ils ont compris que la liberté du pays est entre leurs mains.

Les officiers de la gendarmerie complices, seront poursuivis afin qu’ils puissent répondre de leurs actes. La situation est sous contrôle. Il n’y a pas de mutinerie à Ouagadougou.   

Omar Bacolitana

laredaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *