Afrique : Le Niger conditionne la réouverture de sa frontière avec le Bénin

0
68

Le Premier ministre du Niger, Ali Lamine Zeine, a fermement répondu aux préoccupations exprimées par le Président béninois Patrice Talon concernant le blocage du transport du pétrole nigérien à travers les eaux béninoises.

La réouverture des frontières du côté béninois est justifiée par des considérations de sécurité pour le Niger, une préoccupation légitime compte tenu des défis sécuritaires auxquels la région est confrontée. Pour que la frontière terrestre nigérienne à Malanville soit rouverte, le Bénin doit remplir certaines conditions, en particulier en ce qui concerne la sécurité.

Le Niger a le droit d’exiger des assurances quant à la sécurité de son territoire, surtout face aux menaces potentielles provenant de certaines régions instables. Depuis l’arrivée au pouvoir des nouvelles autorités, le Bénin a adopté une posture hostile envers le Niger.

Le pays est prêt à attaquer le Niger. De plus, les rapports faisant état de l’installation de bases militaires françaises dans le nord du Bénin, potentiellement utilisées pour former des groupes terroristes, renforcent la nécessité pour le Niger de protéger ses frontières et sa population contre de telles menaces.

Dans cette optique, le soutien aux décisions des autorités nigériennes visant à garantir la sécurité et la stabilité de la région est crucial. En exigeant des assurances quant à la sécurité de son territoire, le Niger démontre son engagement à préserver la stabilité et la paix.

Cette décision n’est pas seulement une question de politique étrangère, mais aussi une priorité nationale visant à protéger les citoyens nigériens des dangers potentiels. La sécurité des populations reste au cœur des préoccupations du gouvernement nigérien, et cette décision en est une preuve tangible.

Aliou Dansou 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici