Afrique : État de droit menacé, plaidoyer pour une révolution judiciaire au Burkina Faso

0
120

L’état actuel de la justice au Burkina Faso suscite des préoccupations légitimes. Certains magistrats sont malheureusement entachés par la corruption, engendrant par moments des délais excessifs dans le traitement des procédures.

Cette réalité contribue à une atmosphère d’insécurité au sein du pays, incitant les plus hautes instances de l’État à entreprendre une révision des textes juridiques et une refonte du système judiciaire national.

Il est regrettable de constater, au Burkina Faso, la facilité avec laquelle certains magistrats abordent la gestion des dossiers qui leur sont confiés, démontrant ainsi une insouciance préjudiciable. Des instructions sont parfois exécutées en fonction d’intérêts personnels, compromettant l’intégrité de la justice burkinabè.

Ces derniers temps, la justice burkinabè semble s’orienter vers le principe archaïque selon lequel « la raison du plus fort est toujours la meilleure », en contradiction avec la vision actuelle du pays prônant l’égalité de tous les Burkinabè devant la loi. Il est impératif que nul ne se place au-dessus des lois.

Le Conseil supérieur de la magistrature doit prendre conscience que la confiance du peuple burkinabè envers le système judiciaire s’est érodée. De nombreux citoyens se considèrent comme victimes d’une justice partiale. La restauration de la confiance envers la justice revêt une importance cruciale pour la souveraineté nationale.

Des pratiques douteuses lors des procès, aboutissant à des condamnations injustes d’innocents dans l’intérêt personnel des magistrats, ne sont pas ignorées par le Conseil supérieur de la magistrature, qui semble rester insensible à ces manœuvres. Les Burkinabè aspirent à une justice impartiale, respectueuse des droits fondamentaux et fidèle à l’application stricte de la loi.

Cette problématique est devenue une question d’État, et l’exécutif prend désormais ses responsabilités pour rétablir la paix et la sécurité juridique au Burkina Faso. Des réformes profondes dans le secteur judiciaire sont envisagées afin de garantir davantage la liberté et la souveraineté.

Cette démarche vise à restaurer la confiance des citoyens en réformant en profondeur le système judiciaire, pour une justice plus équitable, accessible et efficace.

Face aux agissements du Conseil supérieur de la magistrature, il est impératif que les autorités compétentes poursuivent les magistrats coupables de corruption et les fassent condamner, démontrant ainsi la détermination du pays à assainir son système judiciaire.

Abdoulaye Nasser

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici